was successfully added to your cart.

Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste

Jeudi j’ai rencontré à Grenoble Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste.

Il n’a pas grandi dans une famille de musiciens mais à 7 ans il a voulu faire du piano. Ses parents ont trouvé l’achat de l’instrument trop onéreux et il s’est décidé pour la guitare. Depuis cet âge il n’a pas varié.

Il a donc commencé classiquement par une année de solfège. On lui a présenté tous les instruments possibles. Pour lui deux choses étaient claires : il ne voulait pas d’instrument à vent et voulait rester sur la guitare.

Philippe a étudié la guitare classique jusqu’au collège. Au lycée, il a fait du rock avec les copains. Ce qui ne l’a pas empêché de faire un bac S.

En toute logique, après un baccalauréat scientifique, il a été en fac de musicologie à Saint Etienne. Normal. En parallèle, il continuait le conservatoire, mais pas pour l’instrument, pour le solfège, l’analyse et l’harmonie. Tout ce que les autres détestent en principe !

Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste

Il a abordé le flamenco avec un gitan qui lui a appris les bases. Philippe ne se considère pas comme guitariste de flamenco parce que ce n’est pas un style musical mais un mode de vie.

Il a poussé les études jusqu’au doctorat en musicologie. Le sujet portait sur Philip Glass, un des fondateurs de la musique minimaliste. Ce doctorat lui a pris 5 années qui lui ont permis d’aller vivre quelques temps chez Philip Glass, de travailler sur ses partitions originales. Il en garde un souvenir très fort. C’est un évènement marquant de sa vie.

Il a fait ce doctorat par intérêt pour ce musicien mais l’analyse est déconnectée de la pratique musicale. Il est dur (impossible ?) de faire les deux. Il voulait rester sur la pratique.

Ceci étant dit, d’avoir touché à différents styles et d’avoir les outils théoriques lui permet d’être à l’aise avec tout le monde.

Nous y reviendrons, il a aussi travaillé en Ecosse avec des musiciens traditionnels. Il ne voit pas de barrières.

Il a fait du jazz. Revenu à Clermont Ferrand, il a appris le sitar indien mais ça abîme les doigts, ce qui est incompatible avec la guitare.

Il participe à un premier groupe à l’âge de 23 ans qui lui permet un premier CD. Il est le plus jeune et les autres membres lui apportent leur expérience. Cette période a duré deux ans et lui a beaucoup appris.

Son premier vrai projet a été Azulejos. Le groupe a duré 10 ans, il a commencé en trio et s’est terminé en quintette. Il a commencé avec du flamenco et a évolué vers du jazz/world. Ce groupe lui a offert beaucoup de concerts.

Il y a eu des collaborations tout à fait intéressantes, pas des moindres :

Il y a eu aussi des créations avec une fanfare roumaine.

Philippe a écrit les trois albums qui sont sortis. Même s’il a choisi la pratique musicale, Philippe a des (beaux ?) restes de musicologie. Il a travaillé sur un langage qui ne soit ni du jazz ni du flamenco, sur les espaces formels. Pour illustrer, le jazz est l’exposition d’un thème, une impro et on termine sur le thème. Dans le flamenco, il n’y a pas d’improvisation mais des variations (ornementations). De ses études universitaires, il avait conservé la mémoire de la manière d’écrire des différents compositeurs qu’il a étudié.

Philippe a une écoute analytique et il aime être surpris. Ses goûts sont éclectiques, de la musique savante au métal, en passant par le flamenco, le jazz, la musique indienne, etc.

En parallèle d’Azulejos, il faisait du solo.

Il a eu la chance de participer à une résidence internationale à New York. Il y a rencontré Nuala Kennedy, flutiste folk et chanteuse. Pendant 3 ans il a fait des aller-retours pour jouer avec elle. En 2009 naît Voyage de Nuit, un groupe qui existe toujours, créé avec Nuala Kennedy et d’autres musiciens irlandais.

Là encore, Philippe travaille le langage musical mais ce n’est pas aisé pour des musiciens spécialisés (traditionnel irlandais ici) d’aborder d’autre formes.

La musique a permis à Philippe de beaucoup voyager.

Philip Glass l’avais incité à prendre des risques, à entreprendre des choses qu’il ne connaît pas encore. Ce qu’il a fait.

Actuellement, il travaille avec Pascal Rollando, un percussionniste toulousain. Il le voit comme son papa musical et considère comme un honneur de travailler avec lui. Une belle rencontre. Philippe apprécie de travailler la qualité du son, la structure, de raconter une histoire.

Aujourd’hui, à près de quarante ans, il s’assume comme guitariste.

Pour terminer, je n’ai pas parlé du travail avec Bertille Puissat. Mais… il faut patienter encore un peu !

Je veux programmer Philippe Guidat :

Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste

Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste

Philippe Guidat, musicien, compositeur, guitariste

Je veux m'exprimer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.