Paul Bley, pianiste jazz

Paul Bley, pianiste jazz, un des géants de la musique, venu du Canada. Un homme et un musicien d’une grande exigence et considéré comme visionnaire.

Paul Bley, pianiste jazz

Paul Bley, pianiste jazz et accessoirement canadien

L’enfance est parfois compliquée. Celle de Paul Bley, pianiste jazz l’a été. Il est né en 1932 à Montréal, Canada puis a été adopté par Joe et Betty Bley mais qui se sont séparés quand il avait 7 ans. Dans son enfance il a eu une jeune nounou franco-canadienne prénommée Lucie et qu’il adorait. C’est bien plus tard qu’il a appris qu’elle était sa mère biologique et que son père était… bien son père !

La mère adoptive de Paul Bley, pianiste jazz n’en a visiblement pas voulu à l’enfant et en a pris soin. C’est elle qui l’a incité à suivre des cours de piano, auprès d’un professeur venu du Conservatoire de Paris jusqu’au Canada.

Plongé très tôt dans le jazz, Paul Bley a été invité par Oscar Peterson pour assurer ses remplacements dans un club de Montréal. Pas mal pour un début. Il a fondé le le Montréal Jazz Workshop dont certains spectacles étaient diffusés sur la chaine CBC et Paul Bley a accompagné des pointures commes Lester Young et Charlie Parker. Effectivement, pas mal pour débuter !

Adolescent, sa mère lui a fourni les moyens financiers de voyager jusqu’à New York. C’est comme ça qu’un jour de 1953 il a été invité par Charles Mingus à superviser un enregistrement. Pour le remercier, il s’est vu offert son premier rôle de leader avec Mingus à la basse et Art Blakey aux percussions, le résultat devenant un album.

Mais l’âge avançant, Paul Bley, pianiste jazz a rencontré la charmante Lovella May Borg, américano-suédoise, dans le célèbre New York jazz club. Ils se marièrent et furent très heureux comme dans les contes de fées. D’ailleurs elle a changé son nom en Carla Bley, c’est dire !

Paul Bley, pianiste jazz reconnu

Le couple Bley s’installe en Californie et Paul Bley, pianiste jazz joue en quintette avec le saxophoniste Ornette Coleman, le trompettiste Don Cherry, le bassiste Charlie Haden et le batteur Billy Higgins. La musique évolue et Carla enregistre ce qui deviendra plus tard un album.

Carla et Paul Bley, bien que séparés, ont continué à collaborer. Notamment en 1964 dans le October Revolution in Jazz, un mouvement de jeunes musiciens confrontés à la difficulté de rentrer dans le circuit commercial de la musique et qui prenaient leur destin en main. L’idée était que chaque compagnie de musique devait être dirigée par un musicien.  Comme beaucoup de révolution, celle-ci a fait long feu. Ceci étant dit, le bouillonnement intellectuel a eu des fruits plus durables dont la création du label ECM à Munich par Manfred Eicher, auquel Paul Bley, pianiste jazz a collaboré.

Pour varier les plaisirs, Paul Bley, pianiste jazz s’est marié à la vidéaste Carol Goss et un de leur bébé fut le label Improvising Artists Inc (IAI). Mais Paul Bley a continué à collaborer avec d’autres labels : SteepleChase au Danemark, Hat Hut en Suisse, Owl en France et Soul Note en Italie.

Paul Bley disait que tout ce qui est joué deux fois est joué une fois de trop. Un homme d’une grande exigence avec lui-même. Dans la vidéo incluse dans cet article, vous vous rendrez compte rapidement de cette exigence et de son rejet radical de tout ce qui peut être par trop romantique, sentimental, doucereux. C’était un homme d’une grande sensibilité mais qui n’aimait pas en jouer. Paul Bley a fait une profonde impression sur la génération suivante : Keith Jarrett, Ethan Iverson, Aaron Parks.

Enfin, il aura mêlé vie sentimentale et professionnelle puisqu’il a beaucoup joué les compositions des anciennes compagnes Carla Bley et Annette Peacock !

Paul Bley, pianiste jazz aura vécu 83 ans jusqu’en janvier 2016 et 3 filles feront vivre la mémoire de leur père.

Guide de l'amateur d'art

L’article vous a répondu à vos attentes ?

Déjà 9995 personnes sont inscrites !

Restons en contact :

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées