was successfully added to your cart.

C’est au collège que j’ai découvert le travail de Pablo Picasso peintre espagnol, au travers de quelques peintures. J’avais été très intéressé par deux choses. « Paulo en arlequin » parce que je découvrais d’une part que Picasso était tout à fait capable de maîtriser la forme figurative et que volontairement, le dessin n’était « pas fini ». J’avais trouvé l’idée assez révolutionnaire, cet homme était capable de penser des choses que ne pensent pas les autres.

Deuxièmement, j’avais été très impressionné par un film où Pablo Picasso peintre espagnol dessine un taureau à main levée sur une vitre. Dans mon souvenir, il dessinait  d’un seul trait mais ce n’est pas exact. Ceci étant dit, en quelques traits complètement abstraits, le cerveau humain voit clairement un taureau dans un pré. Réalisé en 20 secondes, ce dessin m’avait impressionné par la maîtrise du geste.

Pablo Picasso peintre espagnol
Pablo Picasso peintre espagnol

En 2010 j’ai lu de livre de Brassaï publié en 1964 Conversations avec Picasso. Brassaï a fréquenté Picasso sur une longue durée, c’est le côté personnel, humain qui est intéressant. Quarante années plus tard ce livre est toujours bon à lire.

La limite étant l’admiration de Brassaï envers Picasso qui passe sous silence les aspects détestables de l’homme, tout génie qu’il fut.

Mais revenons au parcours de Pablo Picasso peintre espagnol.

Pablo Picasso peintre espagnol ?

J’y reviendrai un peu plus loin, mais si Picasso a passé une grande partie de sa vie en France il est toujours resté espagnol. La police a pour rôle de chasser les voleurs mais parfois aussi les ennemis politiques.

Pablo Picasso peintre espagnol est un homme du XIX° siècle, né en 1881 à Málaga dans le sud de l’Espagne. Pourtant on parle parfois du XX° siècle comme le siècle de Picasso. Il a vécu 91 années, sa productivité, sa longévité, sa créativité auront marqué son époque. Zervos a établi un catalogue de 16.000 œuvres peintes et dessinées, 650 sculptures, 2.000 estampes et des livres, écrits, poèmes…

Picasso dit qu’il n’a jamais dessiné comme un enfant, ce qui est plutôt vrai même s’il a été d’abord un petit garçon. Une chance pour lui, son père a été nommé professeur en 1885 à l’école des Beaux-Arts de Barcelone. Loin de la tranquille et petite ville de Málaga, Barcelone est vivante et à l’avant-garde en littérature, architecture, arts plastiques et ouverte à l’ensemble de l’Europe.

A l’automne 1900 (il a 19 ans), Pablo Picasso fait un premier voyage à Paris. En juin 1901, il expose pour la première fois chez Vollard 64 tableaux. La critique est d’emblée élogieuse. A l’occasion de cette exposition il rencontre Max Jacob et se lie d’amitié avec lui.

A l’étroit à Barcelone, il revient à Paris en 1904 et son installation sera alors définitive. Il prend ses quartiers à Montmartre et en particulier au Bateau-Lavoir. Il se lie avec Paco Durio, Canals, Manolo, Pichot, André Salmon, Appolinaire, Matisse.

Déterminantes, ses rencontres avec Leo et Gertrude Stein et Derain lui donnent sa place dans les milieux d’avant-garde.

Mais je vais m’arrêter ici quant à la description de son parcours, de son œuvre. La fiche Wikipedia étant assez complète sans être trop longue, je vous recommande d’y faire un tour.

Mais je disais que toute sa vie il est resté Pablo Picasso peintre espagnol et n’est jamais devenu français. En 2003, le journal l’Express révèle le « Dossier Picasso« . En 1940, Pablo Picasso a discrètement demandé la nationalité française et elle lui a été refusée. Par fierté, il a toujours refuser de faire à nouveau la demande.

En effet, Pablo Picasso a été suivi par la police française dès 1901 et un dossier a été constitué parce que, désargenté, il loge chez l’anarchiste Pierre Manach. Ce dossier a été saisi par les allemands pendant la guerre puis par l’armée russe en 1945 pour terminer aux Archives spéciales de l’URSS. Il sera restitué en 2000 à la France.

 Pour les spécialistes quelques aspects nouveaux sont découverts. Des anecdotes, ses habitudes, renseigne sur le jeune homme qu’il était. Dans une publicité pour une exposition chez Vollard, j’aime l’expression « un frénétique amant de la vie moderne ».

Outre le fait qu’il ait de supposée sympathies anarchistes, il est Pablo Picasso peintre espagnol, donc étranger. Il doit donc pointer régulièrement à la police. Même son mariage avec la belle Olga Khokhlova fait l’objet d’ « une enquête prénuptiale » qui conclut « Il est connu pour ses idées francophiles. Avis favorable. »

La victoire de Franco en Espagne lui interdira le retour au pays. Il décèdera Pablo Picasso peintre espagnol en 1973, deux ans avant le dictateur.

Les femmes et Pablo Picasso peintre espagnol

De nombreuses femmes ont été séduites par Picasso, même à un âge avancé. Et visiblement, Pablo Picasso n’a pas souhaité les décevoir.

On parle en général de vie amoureuse et il conviendrait mieux de nommer les choses et de parler de vie sexuelle. Assez jeune, il a d’ailleurs une relation avec Marie-Thérèse Walter, encore mineure, qui lui inspire le tableau Le Minotaure, illustrant la sexualité quasi bestiale du peintre. Il perçoit donc  assez clairement la force de ses pulsions.

Pour terminer, je recommande la lecture de cet article de Philippe Sollers et pour les plus courageux de son livre Picasso le héros aux éditions le Cercle d’Art.

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées