L’Outsider Art n’existe pas !

Initialement Outsider Art est la traduction en anglais d’Art Brut. La définition a fluctué et semble maintenant voler en éclats !

Bill Traylor Outsider Art

Source: Courtesy Luise Ross Gallery, New York

L’Oustider Art, une tentative de définition

L’Art Brut est premièrement un concept de Jean Dubuffet, traduit en anglais par Outsider Art. L’approche était tout à fait sérieuse mais comporte quelques failles.

Jean Dubuffet cherchait comme la quasi totalité des artistes à se renouveler et au delà de lui à renouveler l’art. Un peu avant lui c’était dans l’antiquité, avec les somptueuses sculptures des Cyclades, et dans les arts « primitifs » que les artistes européens du début du XX°s ont chercher du renouvellement. Jean Dubuffet a cherché du côté de « l’art des fous ». C’est la production trouvée dans les asiles psychiatriques qui l’a intéressé. Elle était supposée coupée du monde extérieur et donc spontanée. Mais définir l’Outsider Art n’était pas chose aisée. Et d’ailleurs les définitions ont évolué au cours du temps.

Sa grande oeuvre, la Collection d’art brut de Lausanne mérite le voyage à elle seule. C’est un lieu extraordinaire. Et pourtant, n’a jamais su définir les limites et a forgé le concept de « Neuve Invention » pour tout ce qui était quelque part à la frontière. Avec des changements de classement au cours du temps comme avec Gaston Chaissac.

Joe Coleman disait quelques jours avant l’Outsider Art Fair 2016 qu’il adore Henry Daguer et Adolf Wolfi et que ce sont de grands artistes. Mais que les artistes outsider n’existent pas, il y a seulement de l’art de bonne ou mauvaise qualité.

En fait, ce n’est pas la schizophrénie de Wolfi ou les étranges pulsions de Darger qui comptent, c’est l’énergie dégagée, la force brute de l’expression et une forme clairement en dehors des courants dominants (académiques ?). Ces gens produisaient de l’art tout en étant en dehors du monde l’art.

Mais là encore les choses ne sont pas simples et la définition s’effondre.

Outsider Art

Quand l’Outsider Art devient « mainstream »

Une caractéristiques des auteurs d’outsider art est que bien souvent ils ne se considèrent pas comme artistes. Une force intérieure les poussent à peindre, dessiner, sculpter, etc. C’est tout.

Beaucoup d’entre eux n’imaginaient même pas vendre leurs oeuvres et il les donnaient volontiers. Au point d’être abusés pour certains.

Aujourd’hui le terme Outsider Art est assez flou, tout du moins dans sa traduction anglaise. Le terme utilisé en français est tout de même plus spécifique. Il désigne le travail de personnes n’ayant pas fréquenté les écoles d’art et crée pour eux-même plutôt que pour vendre.

Aujourd’hui les créateurs d’Outsider Art travaillent de manière tout à fait classique avec de galeries, des salons, des foires. Attention, comprenez moi bien, c’est très bien pour eux. C’est formidable que des gens puissent vivre de leur art. J’aime bien l’expression anglaise « make a living », c’est bien ça, leur art fait leur vie.

Du coup, l’Outsider Art n’est plus du tout « outsider » mais il devient « mainstream ». Et tout le monde veut faire de l’art outsider, singulier, autodidacte, « folk art ». Pour le meilleur et pour le pire.

Laissons le pire où il est. Revenons à la remarque de Joe Coleman : l’art est bon ou il est mauvais. C’est la seule chose qui compte.

Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours et, oui, je suis bavard ! Le graphique de Bloomberg illustre bien la chose. L’outsider art est « tendance ». A telle enseigne que la célèbre maison Christie’s a vendu une oeuvre de William Edmondson pour $785.000 !!! Excusez du peu.

Jean Dubuffet avait fermé l’art brut à la fin de sa vie. C’était son oeuvre et après lui c’était terminé. Ce n’est pas faux, à partir du moment où un art a du sens parce qu’il est caché, il disparaît dès qu’il devient public.

Ce n’est pas très grave, tant que l’art est bon. Et jetons bas les définitions… académiques.

Pour terminer, j’ai une question : brut, singulier, outsider, autodidacte, quel intérêt portez-vous à ce type d’oeuvres ? Un espace commentaire vous est ouvert ci-dessous, je serai ravi de vous lire et d’échanger avec vous.

L’article a répondu à vos attentes ?

Déjà 10477 personnes sont inscrites !

Restons en contact :

7 Comments

  • Mignon dit :

    Bonjour,
    Je me demande si le web et les moyens de communication qu’il offre n’ont pas changé la donne en donnant l’opportunité d' »oser » à des personnes qui n’auraient pas forcément entamé de démarches autres. Je me demande aussi si l ‘Art brut n’est pas passé d’une sorte de « tendance observée » à un réel mouvement revendiqué par les artistes. J’ai l’impression que le web a permis ce rapprochement entre des artistes très éparpillés, très différent dans le style mais proches en matière de démarche. Qu’en pensez-vous?
    En tout cas merci pour vos articles toujours très intéressants. Très bonne continuation.

    • Marc Ribagnac Marc Ribagnac dit :

      Merci pour votre message.
      C’est juste, l’art brut a aussi correspondu à une époque où l’on disait « tout de le monde est poète ». Des personnes se sont autorisée à se lancer sans avoir fait 5 ans aux beaux arts. En ce sens c’est très bien.

  • Dean Axl dit :

    bonjour cher monsieur,
    Lisez Prinzhorn, Cardinal, Maizels et Danchin…
    ensuite prenez soin de refermer la porte derrière vous, car vous venez de l’ouvrir en créant un sacré courant d’air qui pourrait bien vous enrhumer.
    Je sais, je suis désagréable, mais j’ai ai assez de lire des inepties pareilles depuis 3 ou 4 ans !

    • Dean Axl dit :

      « Je me demande aussi si l ‘Art brut n’est pas passé d’une sorte de « tendance observée » à un réel mouvement revendiqué par les artistes.  »
      Revendiqué par des « artistes » qui n’ont même pas la conscience d’être des artistes et qui pour beaucoup d’entre-eux sont décédés.
      Comme disait un célèbre opérateur téléphonique en France à la suite d’un sérieux incident technique : à titre de dédommagement, nous vous offrons toutes les communications que vous avez passées durant la période à laquelle vous n’aviez pas accès au réseau. CQFD

    • Marc Ribagnac Marc Ribagnac dit :

      Bonjour,
      Aujourd’hui beaucoup de monde se revendique Outsider, Singulier, etc. Avant, il fallait être Mainstream, maintenant Outsider est plus valorisant.
      Les avis contradictoires sont bienvenus, ça s’appelle le débat. Je veux bien que vous m’en disiez plus.
      –> un conseil de lecture : David Maclagan, « Outsider Art: From the Margins to the Marketplace »

  • Axl DEAN dit :

    Bonsoir Monsieur,
    Débat contradictoire ? Sur quoi s’il vous plait ?
    Quand vous écrivez que « l’Art brut est passé à un réel mouvement revendiqué par les artistes », quel débat peut-il y avoir ? Vous démontrez que vous n’avez rien compris à l’art brut et ses artistes. Et je n’ai pas la prétention de vous expliquer pourquoi.
    Quant à votre conseil de lecture : Outsider Art: From the Margins to the Marketplace, il n’illustre en rien vos affirmations, vous tentez de vous retrancher derrière une explication analytique sans aucun rapport avec l’essence de cet art.
    « Aujourd’hui le terme Outsider Art est assez flou » dites vous, mais bon sang lisez Roger Cardinal, il a expliqué l’outsider art en :1972 ! Ce terme vous semble flou c’est parce qu’aujourd’hui des gens comme vous fabriquent et entretiennent un flou.

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées