Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine

Le père de Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine chantait tout le temps et jouait de la guitare, mais en autodidacte. Il faisait aussi chanter ses enfants. Sa mère chantait des berceuses à ses enfants mais restait en retrait derrière son mari.

Et de toutes les manières, chanter, jouer de la guitare est normal au Mexique, ça fait partie de la vie.

A l’université Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine a fait partie de la chorale. Le chef de choeur, Gabriel Saldivar, a vendu la chose en disant qu’il y aurait une tournée en Europe. C’était un groupe de 40 personnes venant d’horizons très différents. C’est là qu’elle a fait ses premiers pas, à lire une partition.

Il y a donc eu une tournée avec de la musique mexicaine polyphonique, habillés de vêtements traditionnels de toutes les régions.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine

Après, Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine est partie en Espagne, à Barcelone, poursuivre ses études, pour faire un master en histoire de l’art.

Cependant, Marlen était surtout intéressée par les origines de l’art, telles qu’on peut les trouver dans les grottes par exemple. Le moment où l’être humain dépasse la survie pour aller au-delà, créer.

Elle est donc partie dans la sociologie, jusqu’au doctorat.

A Barcelone, Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine s’est rapprochée de musiciens pour chanter avec eux. Elle a commencé à prendre des cours de chant lyrique, mais à Barcelone les cours sont bien plus onéreux qu’en France. C’est depuis à bas qu’elle a préparé le concours pour le conservatoire de Grenoble.

Elle est arrivée à 28 ans, c’était proche de la limite d’âge. Marlen a suivi une formation de 4 ans avant d’aller à Paris. Elle est passée d’une tessiture mezzo à soprano. Ceci étant dit, Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine est capable de descendre vers des notes basses, ce qui correspond bien à la musique traditionnelle mexicaine.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine… à Paris

Marlen me dit qu’il est important de chanter avec tout le corps. Au début, sur certaines notes, elle avait mal à la tête parce tout vibrait. Petit à petit il faut dompter ce corps.

Je connaissais le travail du souffle avec le diaphragme, m’explique que c’est surtout le périnée, le bas du ventre, qui est utilisé. L’air ne dois pas être « poussé » mais doit sortir le plus naturellement possible, sans forcer. L’air est étiré. C’est une découverte récente de Marlen.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine, me dit que quand on entend la voix de quelqu’un, on entend son esprit, sa personne, son histoire. Outre les dispositions physiques, les hormones, les dispositions morales, psychologiques ont une importance notable. Un chanteur ne peut pas être malade, une hygiène de vie physique et morale est indispensable. Même faire attention à ce que l’on mange.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine

Actuellement, Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine donne des cours à des enfants. La pédagogie lui plait au point qu’elle me dit que les enfants lui apprennent beaucoup. Au contraire de l’adulte qui réfléchit tout le temps, l’enfant est proche de son corps et agit sans se poser de questions, naturellement. Mais le temps d’attention est court.

Il est important de ne pas forcer l’enfant, ça doit rester ludique, même si le professeur doit le guider, l’orienter en douceur vers des choses nécessaires. Marlen « ne lâche pas le morceau » !

Pour ce qui la concerne, Marlen a du mal avec certaines formes de musiques qui sont trop éloignées de sa culture, comme les lied allemands. Notamment, la psychologie romantique où l’on aime souffrir ! Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine me dit, « mais pourquoi il se fait tant de mal » ? C’est effectivement un étrange moment culturel de l’Europe, même s’il a été riche. Au Mexique, même la mort est joyeuse.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine a chanté au Musée dauphinois avec son trio Andariego. Elle a aimé cette ambiance qui lui rappelait le Mexique… le froid en plus !

C’était en extérieur, elle était à un mètre du public et les gens allaient et venaient. Il y avait un vrai contact. Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine aime cette proximité.

Comment Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine fait également du chant lyrique ?

Le chant lyrique et le répertoire mexicain traditionnel font appel à deux techniques très différentes. Même si la voix demeure identique.

La technique lyrique demande plus d’échauffement, d’investissement corporel.

Aujourd’hui pourtant même dans le chant folklorique, la voix de Marlen a des accents, une technique, une émission de la voix, qui vient du lyrique.

Pourtant, venant de la sociologie, elle s’intéresse à tout et ne veux pas se couper de l’un ou de l’autre.

Pour l’avenir, Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine aime la musique du 19° espagnol. Ses années à Barcelone a fait que cette culture fait partie d’elle, de ce qui l’a construite. Marlen se sent également proche du répertoire italien.

Les répertoires allemand et français sont plus éloignées d’elle, même si Debussy et Erik Satie lui parlent parce qu’ils se sont appuyés sur des musiques populaires.

Marlen regrette que les musiques pop du moment se réduisent à 3 accords, ça fait mal à la tête. Je ne peux qu’adhérer quand elle me dit qu’il ne doit par y avoir de frontière. Une musique populaire peut tout à fait être riche, recherchée.

Marlen Mendoza-Kahn chanteuse mexicaine est une personne si agréable que l’on ne peut que l’apprécier. Je l’entends régulièrement chanter depuis 2011 et j’apprécie toujours autant sa voix.

Je lui souhaite beaucoup de succès.

Je veux programmer Marlen Mendoza-Kahn :

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées