was successfully added to your cart.

Julia Sisi outsider art

Si vous regardez l’état civil argentin, Julia Sisi est morte à deux mois. A 18 ans, Julia Sisi outsider art a eu l’occasion de voir sa tombe, ce qui n’est pas commun.

Très clairement, elle est née pour remplacer sa soeur ainée décédée. Lorsqu’elle avait 6 ans, il a fallu un jour apporter un certificat de naissance. Sa mère lui a donné par erreur, le certificat de décès de sa soeur. Si l’état civil l’appelle Julia, c’est le prénom de l’autre, appelez-la plutôt Sisi.

Julia Sisi outsider art

Mais puisque nous parlons de la mère de Julia Sisi outsider art, précisons qu’elle était de type blonde celtique. Elle est arrivée des Asturies en Espagne en 1941, elle était vacheros, une culture locale assez spécifique pour qu’un groupe d’échange familial s’agrandisse à près de 400 personnes, le monde numérique facilite les choses. Sa mère a posé les pieds en Argentine avec ses nombreuses soeurs. Toutes ces blondes demoiselles ont épousé des hommes fortement typés, à l’opposé d’elles.

La mère de Julia, pardon, Sisi a épousé un indien Guarani. Vous les connaissez peut-être si je vous dit qu’il se peignaient une bande noire en travers du visage, sur les yeux. D’ailleurs, cette bande se retrouve souvent dans les dessins de Julia Sisi outsider art, sans que les choses soient réellement volontaires. Simplement cette bande apparaît dans ses tableaux, c’est tout.

Le père de Julia Sisi outsider art venait d’une famille qui élevait des milliers de moutons. Ce qui est simplement normal dans le contexte argentin. Venu à Buenos Aires il est devenu instituteur pour enfants difficiles. D’une certaine manière, Julia Sisi outsider art est née dans une prison. Son père lui chantait un peu des chansons guarani mais n’a pas transmis la langue à Julia. Elle regrette de ne pas mieux posséder la langue et les histoires de ses ancêtres.

Si la mère de Julia était croyante, c’était aussi parce que l’ordre des choses était ainsi. Le doute n’existait pas, c’était comme ça et la question ne se posait même pas. D’un coup à 7 ans, Julia a perdu la foi, très clairement pour la petite fille dieu n’existait pas.

Les œuvres de Julia Sisi m'intéressent :

De la physique nucléaire à Julia Sissi outsider art

Julia Sisi a commencé des études en physique nucléaire mais elle a trouvé ce milieu excessivement compétitif. L'entraide n'existait pas. Pourtant, aller si profond dans la connaissance de la matière  porte à la philosophie, la spiritualité. A se poser des question sur l'origine de l'énergie, puisque depuis Einstein, nous savons que la matière et l'énergie sont deux apparences de la même chose. D'ailleurs, Julia Sisi outsider art me dit qu'il faut beaucoup de force pour éteindre une vie.

Donc, Julia Sisi s'est tournée vers une école d'art. Le souvenir qu'elle en a n'est pas plus enthousiaste que pour la physique nucléaire ! C'était terrible, me dit-elle.

La seule bonne chose était d'avoir rencontré Dan. C'était en 1978, elle avait 23 ans et 37 ans plus tard, les deux s'aiment toujours d'amour tendre et ne se quittent jamais. Même pas dans leur atelier commun.

Pour fuir la dictature argentine, ses morts, ses disparitions, Julia et Dan sont parti clandestinement en Espagne, à Girona. Julia Sisi outsider art et Dan faisaient de l'artisanat d'art et réalisaient de petites séries de figurines en papier mâché. Le travail était commun, sans que l'on puisse précisément qui a fait quoi.

Julia Sisi est une femme de décision. En une semaine, tout a été arrêté pour partir aux Canaries. Julia et Dan y ont vécu quelques années. Cela fait maintenant 12 ans qu'ils vivent de leur art. L'arrivée d'Internet a facilité les choses avec la possibilité de vendre les choses à distance. Visiblement, son travail a plus parce que deux jours après avoir mis un tableau sur e-bay, il trouvait acheteur. Cette vente a déclenché bien d'autres choses puisque maintenant, ils sont régulièrement présents ou représentés à la Atlanta folk Fest, ce qui n'est pas rien et même beaucoup.

Par rapport à son travail, Julia Sisi outsider art me dit « tu dois avoir tout ton temps pour ton art ». La vie est courte et l'oeuvre à réaliser immense, il ne faut pas perdre de temps. Julia Sisi me parle d'aller à l'essentiel, le temps est court, il y a urgence.

Depuis moins de deux ans, Julia et Dan vivent dans la Creuse, la campagne française profonde. Et ils y sont heureux.

Depuis quelques temps, Julia Sisi outsider art travaille sur des visages qu'elle appelle le Visage qui murmure. Le visage raconte la vie. « J'écoute ce que me dit le visage ».

Un matin, elle regardait la fenêtre enneigée au dessus d'elle. Il y avait deux petits trous. Avec une forte sensation que "ça me regarde". Ses visages sont vaguement rectangulaires. Le détail du tableau n'est pas conçu méthodiquement, même si l'expérience a fait son oeuvre. Tous les détails du visages apparaissent comme spontanément, c'est après avoir terminé que Julia Sisi outsider art se rend compte du résultat. Elle regarde alors son tableau comme si une autre personne l'avait fait. Une fois terminé, on oublie le processus de création.

Alors je ne dirai seulement que Julia Sisi utilise de l'acrylique et des feutres Posca. Il n'y a rien à cacher, mais l'essentiel n'est pas dans la technique, on ne peint pas pour ça, on n'achète pas un tableau pour sa virtuosité mais pour l'émotion qui en est à l'origine et qu'elle suscite dans les yeux de celui qui regarde.

D'ailleurs, Julia Sisi outsider art me dit qu'un tableau n'existe pas sans le regard du spectateur. Il vous reste donc à regarder.

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées