Joseph Caprio, photos d’art et italien de Grenoble

Fils d’immigrés italiens, Joseph Caprio, photos d’art a été initié par la lecture du magazine Salut les copains. Mais c’est bien pour lui un art.

Joseph Caprio, photos d'art

Il y avait longtemps que je croisais Joseph Caprio, photos d’art, lors d’expositions ou de vernissages. Nous nous étions dit qu’il fallait nous rencontrer pour parler de son parcours et de son travail mais l’occasion avait manqué jusque là. C’est maintenant chose faite !

Les débuts de Joseph Caprio, photos d’art

Joseph Caprio situe sa première photos d’art en septembre 1982. Au tout début il a souhaité avoir un partenaire mais travailler à deux n’est pas aisé et rapidement il a poursuivi seul.

Au début Joseph Caprio, photos d’art n’était pas introduit dans le milieu artistique, avait peu de connaissance de celui-ci. Quand il a sorti son premier livre, dédié au nu masculin et qui sera un peu sa marque de fabrique, un critique a dit avec bienveillance « n’est pas Mapplethorpe qui veut ». Joseph Caprio ne connaissait pas même ce photographe et n’avait pu s’en inspirer. Joseph a donc poursuivi son chemin.

Ceci étant dit, Joseph Caprio, photos d’art est conscient que sans que les personnes échangent entre elles, certains surjet sont mûrs et émergent.

Vous l’aviez probablement deviné par son nom, Joseph Caprio a des origines italiennes et les origines ont leur importance. Sa mère était couturière et son père bottier, il créait des chaussures, venus de Rome jusqu’à Grenoble. Rue Saint Laurent, forcément.
Depuis longtemps il avait voulu faire de la photo d’art. C’est en lisant le magazine « Salut les copains » que les graines ont été semées, en particulier avec Jean-Marie Perrier, quand il avait 12 ou 13 ans. Tout au long de l’entretien, l’importance de ce magazine, cette culture populaire, reviendra régulièrement. C’était le début de l’adolescence, où la personnalité adulte se forge et ce sera le vrai point de départ, le déclencheur.

A la MJC des Allobroges à Grenoble dans les années 1972-75, Joseph Caprio, photos d’art a appris la technique photographique, le développement qui allait avec.

Sa soeur faisant partie d’une école de danse, il avait des modèles sous la main et Joseph Caprio a commencé des portraits de danseuses en mouvement.

Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art

Joseph Caprio, photos d’art a commencé par travailler pour le constructeur d’électronique de l’époque, BULL. Un plan de licenciement généreux lui a permis de sauter le pas vers 1987 alors que son premier livre était déjà sorti en 1986. Les photos d’art étaient son entier passe-temps à la sortie du travail et la photographie devenait son activité principale. Mais le pactole a été rapidement consommé et il a fallu revenir à la dure réalité et commencer le vrai chemin artistique qui n’est pas un chemin facile.

C’est un peu sa marque de fabrique, Joseph Caprio est connu pour ses nus masculins. Au début, c’était pour lui une recherche. C’est plus tard qu’il a essayé le côté érotique du nu et les dames ne s’en plaignent pas, ses modèles étants bien choisis…

Joseph Caprio, photos d’art et la seconde peau

Un jour, un peintre est venu donner un cours de peinture à Joseph Caprio à la fin des années 2000 qui voulait peindre, retravailler avec cette technique sur ses photos. Il en résulte une exposition avec d’autres artistes qui ont travaillé sur ses photos.

Une campagne publicitaire pour des cosmétiques, vers 1983, avait pour argument commercial « c’est nouveau, nous venons de découvrir que l’homme a une peau ». La phrase est restée dans la mémoire de Joseph Caprio, photos d’art. Ce n’est pas sans lien, il a fait la première campagne de lutte contre le  SIDA.

Mais la photographie d’hommes nus n’était pas encore courante et acceptée. Dans le salon du prêt à porter, Joseph Caprio, photos d’art abordait les couturiers proposant des robes de soirée pour faire des portraits de femmes sophistiquées accompagnées d’un homme nu. Aucun n’a accepté ! Il a fallu de nombreuses années pour que Versace en fasse des catalogues et comme la chose a déjà été faite, elle perd de son intérêt pour Joseph Caprio.

Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art

Joseph Caprio, photos d’art au présent

Quasiment toutes les photographies argentique de Joseph Caprio ont été en noir et blanc. C’est seulement en 2006 qu’il est passé au numérique… et à la couleur.

Au point où il en est de son parcours, Joseph Caprio veut que ses photos d’art entrent de plein pied dans l’art contemporain. C’est quelque chose qui lui tient à coeur.

Dans le contexte actuel, la photo n’a pas le même statut artistique que des formes comme la peinture, forme qui représente 70% du marché de l’art. Mais c’est bien la forme artistique qui attire le plus Joseph Caprio, photos d’art, plus que la publicité ou le reportage.

Son livre le plus personnel est « ritratti », un livre de portrait d’artiste d’origine italienne vivant à Grenoble, faisant le lien avec ses origines familiales. Joseph Caprio, photos d’art a eu le plaisir de savoir que si sa mère ne venait pas au vernissages de ses expos de nus masculins (c’est quand même un peu honteux), elle y emmenait toutes ses copines ! La fierté des parents compte, même quand nous sommes adultes.

En illustration, vous verrez des photos venant de femmes enceintes. C’est aussi un pas important dans le numérique avec l’utilisation du logiciel ce qui était jusque là « moralement » impossible, venant des photos d’art argentiques. C’est une nouveau chemin qui s’ouvre.

Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Joseph Caprio, photos d'art
Guide de l'amateur d'art

L’article a répondu à vos attentes ?

Déjà 12059 personnes sont inscrites !

Restons en contact :

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées