Fabrice Nesta artiste plasticien, imprimeur et danseur !

Fabrice Nesta artiste plasticien, le fils de plombier a enseigné à l‘université en Australie. Il s’intéresse à la science et aux papillons. On découvre ?

Fabrice Nesta artiste plasticien
Toutes les images ont été fournies par : www.fabricenesta.com

Fabrice Nesta artiste plasticien à ses débuts

Fabrice Nesta artiste plasticien n’a pas grandi dans un milieu qui le poussait vers l’art. Son père était plombier à grenoble et être artiste n’est pas un vrai métier. Ce qui est d’ailleurs vrai… même si on peut avoir une démarche professionnelle.

Fabrice Nesta n’a pas le bac et à 19 ans il était conducteur offset dans l’imprimerie. Un jour devant ses machines il a été comme pris de vertige en se disant que la vie ne pouvait se résumer à ça. Mais quoi faire ?

Va pour les beaux-arts (à Valence), qui acceptaient les étudiants sans le bac. En se disant qu’il savait dessiner et qu’il pouvait en sortir quelque chose d’intéressant. Mais le changement de milieu a été rude parce qu’il était plongé dans un univers autre et ne se sentait pas légitime. Le syndrome de l’usurpateur en somme.

Ce passage aux beaux-arts a été une révélation pour Fabrice. Mais comme il était aussi danseur, son cursus a duré 7 ans au lieu de 5.

Fabrice Nesta artiste plasticien s’est retrouvé danseur sur… un pari perdu ! La gage était de rejoindre une troupe de danse flamenco.

Que ce soit par la danse ou la peinture, c’est la communication non verbale qui a intéressé Fabrice Nesta. Ce qui l’intrigue dans l’art, dès la période préhistorique, c’est que l’art est parfaitement superflu et en même temps nécessaire pour construire une civilisation, quelle que soit la forme que cela prend.

Fabrice Nesta artiste plasticien dit que prendre un atelier est un acte très étrange au regard de la société. Personne ne nous contraint à faire ça et pourtant on y va tous les matins et le travail est intense.

Venant de l’imprimerie, Fabrice Nesta a travaillé autour du multiple, de la reproduction. Petite parenthèse, Fabrice me précise qu’en droit, une peinture est considérée oeuvre unique jusqu’à 5 exemplaires et une sculpture jusqu’à 7 (à cause du moulage des bronzes). Une unité de plus, on rentre dans le multiple et le prix est déprécié.

Jusqu’au milieu du 19°s l’art est de commande et les artistes pas du tout révolutionnaires (un peu serviles).

Fabrice Nesta artiste plasticien professeur aux beaux-arts

Le fils du plombier aura fait son chemin.

Après les beau arts, Fabrice Nesta artiste plasticien a travaillé avec le danseur et chorégraphe Dominique Boivin. Mais aussi des petits boulots.

Fabrice Nesta est parti dans le nord de l’Australie à Darwin, sans parler l’anglais. C’était aussi sa première expérience d’enseignement à l’université, sur l’art européen. Des étudiants avait repris les études vers 40-50 ans, autant dire des vieux. Fabrice était un peu décontenancé alors qu’il était tout jeune que ces gens viennent lui demander des conseils sur leur travail.

Pour l’anecdote, Fabrice a rencontré un paysan dont le champs était si grand qu’il avait la télévision dans le tracteur.

Mais il était recherché parce qu’il n’avait pas encore fait son armée. Du coup Fabrice est rentré avant d’avoir plus de soucis.

Fabrice a compris qu’à l’armée il fallait surtout rester dans la moyenne. Mais un jour un capitaine l’a énervé et Fabrice l’a battu à la course à pied. Il était sorti de la moyenne et s’est retrouvé instructeur !

Presque par hasard un poste lui est proposé à Grenoble, il passe l’entretien et il est immédiatement embauché ! Les choses sont parfois simples, même si on ne comprend pas pourquoi.

Depuis 1993 Fabrice Nesta a un atelier. Fabrice Nesta artiste plasticien a commencé modestement à exposer dans une MJC mais il n’a jamais travaillé avec une galerie.

Fabrice Nesta m’a parlé de ses influences et commence par Mark Rothko dont il a vu deux toiles au Musée Saint Pierre à Lyon en 1988. Il est interrogatif, comment avec si peu de moyens on peut exprimer tant de choses.

Techniquement, Fabrice Nesta utilise de la paraffine à laquelle il additionne des pigments, le tout sur panneau de bois (pour la rigidité). Contrairement les pigments sont ainsi stales dans le temps. Sauf si c’est exposé au soleil et donc à la chaleur !

Il aime aussi les imperfections des reliefs de la matière en dialogue avec une approche très rigoureuse de la construction de la composition.

Fabrice Nesta artiste plasticien et les papillons

La cabinet de curiosité des temps anciens est l’ancêtre du musée. Fabrice Nesta s’en est construit un avec des papillons plus ou moins imaginaires. Ils portent le nom d’artistes connus avec une histoire naturelle tout à fait scientifique et documentée !

C’est une manière décontractée d’aborder l’histoire de l’art. Ces papillons sont dûment encadrés et d’ailleurs faites-moi signe si vous voulez en acheter un, ils sont disponibles.

Certains papillons et autres insectes rentrent dans la catégorie des nuisibles. C’est à dire les artistes qu’il n’aime pas pour une raison ou une autre : Jeff Koons, Chagall, etc. Bon, en même temps, les « nuisibles » ne sont que des artistes importants à qui ont ne fera pas de réel tort. Cette démarche se veut critique mais constructive. Fabrice Nesta me disait aussi que dire, en tant qu’artiste, qu’il n’apprécie pas le travail ou une partie du travail de tel artiste libère la parole des personnes qui se sentent intimidées par tel personnage important. « Moi aussi je n’aime pas mais je n’osais pas le dire ».

Fabrice Nesta me dit aussi que dans l’art il n’y a pas grand chose à comprendre et qu’on a le droit d’aimer ou pas. Il dit à ses étudiants ou aux personnes qui assistent à ses conférences que les artistes sont légitimes et, pour la plupart, honnête dans leur démarche. Mais ils ne rencontrent pas tous un public et ça fait partie du jeu.

Fabrice Nesta artiste plasticien interrogé par la science

Fabrice Nesta artiste plasticien rapproche l’art de la science, qui explore aussi des théories parfois farfelues mais qui font avancer la connaissance. D’ailleurs, la science l’interroge beaucoup avec par exemple la théorie quantique qui explique qu’une particule est à la fois un grain de matière et une onde suivant comment on la regarde. La science de l’infini petit nous dit aussi que les matière les plus solides sont en fait essentiellement du vide. Finalement l’expérience quotidienne qui nous semble certaine repose sur des bases pas très solides. Ces théories mettent en difficulté l’artiste quand il veut représenter les choses. Le monochrome étant peut-être la meilleure représentation d’un petit morceau de l’Univers. La complexité de ce que l’on connait permet la multiplicité des formes des représentations.

Fabrice Nesta termine en me disant que lorsqu’il a terminé son cursus aux beaux-arts il n’avait pas conscience qu’il fallait montrer son travail pour qu’il existe. Mais aussi qu’il a commencé tardivement à envisager de vendre ses oeuvres. Du coup aujourd’hui il vend très peu et c’est uniquement à force de notoriété que le public commence à s’intéresser à son travail, en particulier les papillons.

Aujourd’hui le terme consacré est « réseau » mais plus généralement Fabrice Nesta insiste sur le fait des relations humaines pour percer dans l’art. Savoir s’entourer des personnes qui sont bonnes pour nous.

Une question pour vous

Pour vous quel est le rapport entre l’art et les sciences ? Merci de laisser un commentaire pour partager avec les lecteurs quel est votre avis.

Déjà 10698 personnes font partie de la tribu !

Restons en contact :

4 Comments

  • Marc Ribagnac Marc Ribagnac dit :

    Pour vous quel est le rapport entre l’art et les sciences ?

  • Gaston dit :

    « quelle est votre avis » un ou une ?

  • Franck Gache dit :

    Et moi, je suis fils de balayeur de rues, roturier, et fier de l’être ! :
    (voir mon blog joint)

  • Patricia RITSCHARD dit :

    Pour moi, il y a une grande parenté entre l’art et la science*. C’est l’apanage de l’être humain, le désir d’aller au-delà du visible, l’envie de connaître le dessous des choses. La curiosité, le sens de l’observation, la maturation des idées, l’expérimentation, l’intuition et l’imaginaire se retrouvent dans les pratiques artistiques et scientifiques…. Et sont soumises à une part de hasard ! Même si les deux s’exercent dans des champs d’activités différents, les deux participent, à mon avis, du sensible et s’inscrivent dans le temps.

    *je fais en particulier à la recherche fondamentale et à la boucle de la connaissance.

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées