was successfully added to your cart.

Biennale Hors Normes

Le 9 octobre 2015 je rencontrais Guy Dallevet, pour qu’il me parle de la Biennale Hors Normes. Mais ça c’est pour les extimes. Pour les intimes, dites simplement 6BHN.

Guy Dallevet fait remonter les choses à Jean Dubuffet et Alain Bourbonnais. Ce qui n’est pas faux. Alors commençons par un peu d’histoire.

Biennale Hors Normes

Aux sources de la Biennale Hors Normes

Jean Dubuffet a formalisé le concept d’Art Brut après la seconde guerre mondiale et légué à la ville de Lausanne ce qui est devenu la Collection d’Art Brut. Dans les années 1970, l’architecte Alain Bourbonnais fait la connaissance de Jean Dubuffet. Peu après, il ouvre à Paris l’Atelier Jacob et la Fabuloserie en 1983. Le lieu se veut un musée d’« art hors-les-normes ». Le nom commercial est déposé.

En 1994, Louis Chabaud crée un festival à Praz-sur-Arly, près de Megève en Savoie. Il a l’autorisation de l’appeler Hors les Normes, l’aventure tient 20 ans. La Biennale Hors Normes en est l’héritière, à Lyon cette fois.

En 2004, l’association La Sauce Singulière est créée et la première Biennale Hors Normes voit le jour en 2005.

Mais si la sauce est singulière, l’aventure l’est tout autant. La première édition s’est bien déroulée, le lieu principal était la Piscine du Rhône. Puisque l’art était singulier, le lieu devait l’être tout autant. Question de cohérence !

Un soin particulier est apporté au côté décalé des choses. En particulier sur les lieux. Mais aussi sur les spectacles.

Par exemple la conférence/théâtre : Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie ? de et par Jérôme Rouger. Même Télérama en parle, c’est pour dire !

Guy Dallevet insiste sur le fait que le dialogue et la circulation sont des choix, des partis-pris importants.

Cette année le festival Biennale Hors Normes se déroule sur 37 lieux, ce qui est beaucoup. Les visiteurs sont incités à aller de lieu en lieu afin de faire dialoguer les oeuvres. L’aspect humain est également important. Les artistes et les partenaires s’enrichissent réciproquement.

Un soin est donné pour apporter l’art aux gens et non l’inverse. Ce point est d’autant plus important que cette forme d’art n’est pas commune, même si elle s’institutionnalise avec des musées et des galeries spécialisées.

A la suite de Jean Dubuffet, les questions d’argent ne doivent pas entrer le ligne de… compte. Mis à part des catalogues, seules les subventions et les mises à dispositions gracieuses des partenaires assurent le fonctionnement.  Cette année 50 bénévoles contribuent à la réussite du projet et de l’expositions des 300 artistes.

Lors de la 5ème édition de la Biennale Hors Normes, 22.000 personnes avaient visité les différents lieux. Et 3.500 personnes avaient assisté aux visites guidée.

Roman Opałka avaient tenté de nous convaincre que l’art pouvait s’exprimer en chiffre. Il n’en est rien. Retenons seulement qu’ils résument l’importance de l’évènement que constitue la Biennale Hors Normes.

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées