Art africain, bronzes Gan, Burkina Faso

Si l’Art africain est maintenant connu et reconnu, les bronzes Gan du Burkina Faso le sont nettement moins. Pourtant, ces objets ont une force évocatrice encore intacte.

Eux-mêmes se nomment Kan et dans les langues européennes nous trouvons de nombreuses orthographes différentes. Ils vivent actuellement dans le sud-ouest du Burkina Faso, dans la région de Gaoua tout près de la Côte d’Ivoire. Leurs sculptures en bronze sont tout à fait remarquables.

En 1990 on estimait que 6.000 personnes seulement parlaient la langue kaansa.

On estime que les Gan sont arrivés du Ghana au cours du XV° siècle de l’ère courante.

Fin 2010, le Musées Barbier-Mueller de Genève proposait une exposition dédiée au bronzes Gan. Bien que moi-même nassara né à Ouagadougou, c’est seulement à ce moment que j’ai découvert ce peuple et ses bronzes.

Un article court mais intéressant a été publié par le journal Le Monde en 2005.

Comme partout dans le monde, le pouvoir traditionnel s’appuie sur la religion et les symboles. Les pouvoirs modernes demeurent largement sur ce socle de part le monde. Classiquement, ces bronzes légitiment le pouvoir par sa relation avec un système traditionnel et étatique de cultes rendus à un panthéon d’entités surnaturelles, notamment associées aux esprits de défunts de rang princier.

Ces bronzes ont aussi un sens « d’objets de mémoire » par la mise en relation du passé et du présent. Ils sont des indices matériels de choix pour une reconstitution de l’histoire et de la symbolique de ce royaume au regard de la tradition orale.

C’est valable dans tout système de croyance, ces bronzes ont une fonction médiatrice entre les humains et le monde invisible : les esprits, les ancêtres (de rang princier de préférence) protecteurs spirituels du royaume.

Art africain, bronzes Gan, Burkina Faso

Pour rester informé et recevoir gracieusement le Guide de l’amateur d’art :

D’après le musée du Quai Branly à Paris les premières images représentant des objets en bronze Gan datent de 1920 dans un livre de Henry Labouret. Mais c’est un point de vue Européen, ce qui est plutôt amusant, comme si ces objets se sont mis à exister lorsque les européens les ont découverts.
Le répertoire des bronzes rassemble tant des représentations univoques, claires, souvent animalières emblèmes d’entités anciennes que des figurations complexes formées de différents éléments signifiants dont l’association est censée traduire la nature composite des cultes qui au fil des âges ont été intégrés au système religieux hiérarchisé de ce petit royaume burkinabè.
La représentation du serpent est la thématique centrale de l’art Gan. Le serpent est associé au mythe fondateur du Torfan. Le Torfan est un animal mythique représenté sous la forme d’un serpent et dont la force et la puissance sont symbolisées à travers le métal. Posséder un Torfan donne le pouvoir de lutter contre le mal.
On trouve aussi des bronzes avec une importance disproportionnée de la tête et du regard aux yeux exorbités. Ce traitement des yeux caractéristique du style Gan confère à ces objets un pouvoir divinatoire : la force et la puissance du regard devinent les multiples dangers à venir et permettent de ce fait de s’en prémunir.

Ces objets ont été créés pour des besoins précis, en particulier celui de protéger l’homme des multiples agressions et dangers, contre lesquels il n’a d’autre recours que d’exercer certaines pratiques magiques et spirituelles, dans lesquels les objets en bronze jouent un rôle majeur.

La plupart de ces objets étaient (et sont encore) protégés à l’abri des regards curieux ou envieux. Pour cela les Gan les conservaient dans des lieux secrets ou à l’intérieur d’un sanctuaire gardé par des prêtres. Souvent, les objets de la cour étaient ainsi protégés, ils n’apparaissaient qu’à l’occasion de grands événements. Seules des personnes de haute fonction pouvaient les approcher et les utiliser.

La force d’expression de ces objets se trouve dans l’harmonie et la rigueur d’une forme aboutie au plus haut point. Les objets Gan se caractérisent par un soin particulier dans l’expression du détail, dans l’élégance et la finesse du trait.

Art africain les bronzes Gan du Burkina Faso

Art africain les bronzes Gan du Burkina Faso

Art africain les bronzes Gan du Burkina Faso

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées