was successfully added to your cart.

AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste

AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste est un hapax. Une occurrence unique.

Ça pourrait venir d’un mot gaulois signifiant la charrue. Ou d’un mot d’origine hébraïque disant : guérir, rétablir, assister, pardonner, venir en aide, consoler, secourir, coudre, raccommoder.Nous n’avons pas discuté des raisons du choix de son nom d’artiste. Laisser un peu de place à l’imagination n’est pas mal non plus !

AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste est un mélange surprenant d’une grande maturité, pragmatisme sur certains sujets et d’une parfaite utopie sur d’autres.

Il a débuté sa vie à Perpignan, dont chacun sait que la gare est le centre du monde. Il a fait du judo à haut niveau, européen, mondial. Mais quand on lui a dit qu’il fallait aller moins à l’école et plus sur le tatami, il a choisi l’école. Ce fut plus précisément la Grenoble Ecole de Management (GEM). Une école de commerce.

Donc une solide formation intellectuelle pour AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste. Ceci se retrouve tout au long de l’échange à la fois sur les références et la réflexion sur son travail. Par exemple, il s’intéresse à des peintres anciens comme Albrescht Dürer.

Poster lapin blanc - AREPO

AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste … et autodidacte !

Quant au dessin, il est au contraire autodidacte. Il a forgé petit à petit sa technique. Arepo est daltonien et ne voit pas les couleurs. Ce point est souvent mentionné quand on parle de lui mais finalement, on s’en moque, il a adapté sa technique à ce qu’il est. Le résultat est là.

Il utilise beaucoup le dotwork, c’est la base de son travail. Ça permet différents niveaux de lecture, un peu comme avec les fractales. La contrepartie est un travail très long, de l’ordre de 65 heures pour un dessin de 50×70 cm (reine rouge).

Depuis quelques années, il est passé du dessin-plaisir au travail professionnel. C’est à dire avec une pratique régulière, structurée avec l’objectif de produire une œuvre.

Arepo ne se revendique pas d’un mouvement particulier : street art ou autre.  Cependant, il se réfère beaucoup au mouvement lowbrow, apparu comme une réaction à l’approche trop intellectualisée, élitiste, de l’art contemporain. Les influences sont populaires, de l’univers de la bande dessinée (comics). Comme souvent, les mouvements underground finissent par devenir mainstream dès lors qu’ils perdurent. C’est aujourd’hui une forme d’art qui a sa place dans les galeries et se vend parfois très cher.

AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste se veut accessible

Arepo veut être accessible au plus grand nombre et voit l’art comme un liant dans la société.

Dans ce type de forme d’art on trouve le street art qui a débuté comme de simples graffiti qui servait pour marquer le territoire des différents gangs. Petit à petit les graffeurs ont été plus loin jusqu’à devenir une forme d’art très élaborée. Intellectuelle ?

En France, quelques grands représentants : C215, Speedy Graphito, Jace et ses gouzous. Mais également un groupe polonais qui fait un travail somptueux : ETAM .

Arepo a aussi réalisé quelques collages sur des murs mais qui n’étaient pas des œuvres uniques, au sens strict. Ce point semble important pour lui. Il a aussi un projet novateur qui se réalisera en extérieur. Mais pour l’instant, je ne vous en dirai pas d’avantage, chut…

Pour son dessin Nkulun Kulu rencontre le Caméléon Arepo s’est fortement inspiré du mythe zulu du premier homme, fait à partir de roseaux.

Pour son dessin Alice au pays des merveilles, Arepo est parti d’un article de presse en lien avec la seconde guerre mondiale. Il avait été particulièrement énervé parce que des choses fausses étaient écrites. Il a fait le lien avec Alice qui est projetée dans un monde fou où chaque personnage défend ses propres intérêts.

Les dessins d’Arepo sont truffés de références avec des symboles, des personnages évoquant une partie de l’histoire. Il regrette que ses œuvres ne soient pas compréhensibles du premier coup. Ceci étant dit, un œuvre est riche quand elle contient des symboles, du mystère. En somme, laisse la place à l’imagination, aux références et permet une appropriation par le plus grand nombre.

Le 19 décembre, AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste faisait partie des 40 artistes qui exposaient au Musée Dauphinois pour Confidences d’outre-tombe. En plein déménagement, je regrette de ne pas y avoir été, il y avait des artistes vraiment intéressants. Par pur copinage, je nommerai Pascale Parrein !

Entre les échecs et les opportunités, les projets ne se déroulent jamais comme prévu. Pourtant, Arepo a une approche très rationnelle de sa « carrière ». Aujourd’hui il travaille dans un espace de diffusion artistique, un travail prenant, intense. Il voudrait travailler ensuite dans le monde institutionnel pour progresser. Mais son objectif est bien de vivre de son art à plein temps.

D’où ce que je précisais au début, une approche professionnelle du dessin.

Vu la qualité du travail de AREPO, dessin contemporain, lowbrow, utopiste, je lui souhaite bonne route.

Je veux m'exprimer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.