Antoni Gaudí, architecte espagnol

Antoni Gaudí, architecte espagnol (1852-1926) a une œuvre hors normes. Il est porté au nues ou fortement critiqué. Mais peut-être saint !

Antoni Gaudí, architecte espagnol

L’ensemble des images proviennent de Wikipedia

Antoni Gaudí, architecte espagnol mais commençons par une brève biographie

Le lieu de naissance exact de Antoni Gaudí, architecte espagnol fait débat (faute de document) mais très honnêtement ça n’a aucune importance ! Reus ou Riudoms, retenons qu’il est né dans les environs de Tarragone un peu au sud de Barcelone. Ce n’est pas important pour son œuvre mais pour l’anecdote, sa famille venait d’Auvergne, en France et s’appelait alors Gaudy ou Gaudin.

Plus important, Antoni Gaudí, architecte espagnol attachait une grande importance à ses origines méditerranéennes. Il opposait les doutes de Hamlet au chemin sûr d’Orestes. Antoni Gaudí est un homme du XIX°s et à cette époque les gens se déplacent à pied, voir à cheval s’ils en ont les moyens. Ajouté à la vie à l’extérieur que permet le climat chaud, sa culture est encrée dans la réalité matérielle de la nature.

Antoni Gaudí était réputé de santé fragile (il a tout de même vécu 73 ans). Dans le contexte des théories hygiénistes du Dr Kniepp, il est rapidement devenu végétarien. Si on ajoute de fortes convictions religieuses, Antoni Gaudí, architecte espagnol a pratiqué des jeûnes longs et rigoureux… au point de compromettre sa santé.

Ses problèmes de santé lui ont permis de largement échapper au service militaire et d’en profiter pour continuer ses études. A la fin de sa période d’armée il est diplômé en architecture. Mais il étudie aussi le français, l’histoire, l’économie, la philosophie et l’esthétique. Ses notes étaient juste moyennes, ce qui laisse quelque espoir aux mauvais élèves…

Antoni Gaudí a rapidement gagné en notoriété et l’industriel Eusebi Güell lui a passé d’importantes commandes, dont le Parc Güell.

Antoni Gaudí, architecte espagnol est resté célibataire, il avait commencé sa vie comme un dandy et l’a terminée en ressemblant à un mendiant. C’est ce qui a probablement causé sa mort, puisque renversé par un tramway, on le laisse surplace longtemps avant de la secourir.

Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol

Antoni Gaudí, architecte espagnol, l’artiste et son œuvre

Si Antoni Gaudí, architecte espagnol était renommé de son vivant, il est tombé dans l’oubli jusque dans les années 1950. Les très nombreux touriste ne s’y trompent pas, comprendre Antoni Gaudí c’est comprendre Barcelone telle qu’elle est aujourd’hui. Des centaines de livre et encore plus d’articles sont consacrés à l’analyse de son travail. Acmé a été en 2002, année Antoni Gaudí, avec 200 références.

Lui même évitait les grandes théories et il a très peu écrit. Ce sont ses disciples qui ont retranscrit ses notes, ses conversations et initié les publications sur son travail. Un incendie dans les archives de la Sagrada Familia a détruit de nombreux documents. Un de ses disciple publie 3 ans après sa mort un livre richement illustré de photos de maquettes, de dessins qui est le seul souvenir qui reste des archives qui auront brulé plus tard.

L’artiste isolé

Pour certains auteurs Antoni Gaudí, architecte espagnol est un artiste  de génie à la créativité débordante, il reste isolé de la société de son époque et de la tradition culturelle et architecturale, il reste « hors du temps ». Joan Bassegoda le compare à Mozart mais ça reste une vision hagiographique, pleine de la dévotion que lui vouaient ses collaborateurs.

C’est en 1982 que Flores a commencé à prendre le contrepied et à situer Antoni Gaudí et son œuvre dans leur contexte : la ville de Barcelone, la Renaixença catalane mais aussi l’art nouveau et le Modernismo catalán. Sans oublier les influences réciproques entre le maître et ses disciples, avec par exemple des discussions sans fin pour déterminer la paternité d’une œuvre. Petit à petit Antoni Gaudí, architecte espagnol apparaît moins idéalisé mais plus en lien avec un environnement complexe. Des liens ont même pu être établis avec des traités d’apiculture du XIX°s sur la construction des ruches.

Antoni Gaudí, architecte espagnol dans son environnement

C’est Salvador Dalí qui a proposé une approche complètement nouvelle. Né en 1904, il n’a pas connu personnellement Antoni Gaudí. Il est intéressant que ce soit un artiste (et pas le moindre) qui renouvelle profondément le regard porté sur Gaudí. Le titre de l’article est d’ailleurs à la hauteur du propre style de Dalí : « De la beauté terrifiante et comestible de l’architecture modern’ style », paru dans la revue Minotaure en 1933. L’œuvre de Antoni Gaudí, architecte espagnol est vue sensuelle et complètement reliée à des aspects matériels comme les vagues de la mer (Casa Milà) et dégagée de la religion. Réciproquement, Antoni Gaudí, y est vu comme un artiste clef pour comprendre le surréalisme. Nous sommes très loin de la vision dévote qui persiste.

D’autres auteurs reprennent cette vision et relient Antoni Gaudí au romantisme du XIX°s et sa recherche des formes naturelles. Certains poussent jusqu’à Léonard de Vinci et les gravures japonaises.

En reliant la production de Antoni Gaudí à la littérature, l’art, l’architecture de son époque, ses constructions prennent une profondeur culturelle et artistique qui les rend compréhensibles. Un peu comme les musiciens classiques, il renforce les intentions symboliques du commanditaire (haute bourgeoisie, Eglise) tout en exprimant sa créativité puissante.

Le travail de Friedensreich Hundertwasser fait fortement penser à celui de Antoni Gaudí mais je ne sais pas s’il y a une réelle filiation. Si des lecteurs ont plus d’information, les commentaires (en bas de l’article) sont les bienvenus.

Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol

Antoni Gaudí, architecte espagnol, l’œuvre inachevée

De nombreuses études, dont celle du Service du Patrimoine (SPAL), dans un but de préparation à des interventions de conservation, ont analysé la géométrie d’éléments qui semblent spontanés, presque improvisés.

Les formes d’apparence complexe devaient être transmises dans des ordres aux ouvriers, certes compétents, mais analphabètes. C’est au début des années 2000 qu’il a été montré que Antoni Gaudí, architecte espagnol utilisait les méthodes traditionnelles mais avec des modifications aussi simples que géniales (peut-être parce que simples, justement).

D’ailleurs, Antoni Gaudí, a laissé de nombreuses oeuvres inachevées ce qui pose d’insondables problèmes de conservation et restauration. Et les polémiques qui vont avec.

Saint Gaudí, priez pour nous !

Le grand-oeuvre de Antoni Gaudí est la Sagrada Familia, commencé en 1883 et, espère-t-on fini en 2026 pour le centenaire de sa mort.

C’est avec la Sagrada Familia que sa vie a clairement pris un tour religieux et même ascétique. Il y a consacré ses 40 dernières années, tournant le dos à des contrats lucratifs à Paris et New York.

Pour son célibat, certains disent que la chose n’a rien à voir avec la religion mais qu’il était simplement malheureux en amour (invivable, en fait). Mais ce sont de mauvaises langues, vous en conviendrez…

Antoni Gaudí, architecte espagnol et maintenant « Serviteur de Dieu », étape préablable à la béatification. Cet article est en anglais et plein d’humour de la même eau, je vous le recommande, si votre professeur d’anglais a bien oeuvré.

Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol
Antoni Gaudí, architecte espagnol
Guide de l'amateur d'art

L'article vous a répondu à vos attentes ?

Déjà 10813 personnes sont inscrites !

Restons en contact :

Je veux m'exprimer

Pour voir la page complète, inscrivez-vous

C’est 100% GRATUIT

Je n’aime pas le spam, vos informations ne sont pas diffusées